DRAA KEBILA_SETIF_ALGERIA

DRAA KEBILA_SETIF_ALGERIA

CEM de Lemroudj, Commémoration du 1er novembre 1954

Levée des couleurs au CEM de Lemroudj, la veille du 1er novembre 2013

 

CEM de Lemroudj, Commémoration du 1er novembre 1954

Il y a 59 ans, nos aînés ont dit non à l'occupant français en prenant les armes pour le combattre et lui arracher l'indépendance. Constituant un front uni, ils ont déclenché la guerre de libération nationale le 1er novembre 1954, à minuit, à travers l'ensemble du territoire algérien.

Après plus de 7 années de guerre, les négociation menées par les délégations algérienne et française à Melun et à Evian ont abouti à un cessez le feu dont la date convenue était fixée au 19 mars 1962. Puis, le référendum pour l'autodétermination fût l'occasion au peuple algérien d'exprimer, une fois de plus, sa volonté inaliénable de vivre libre et indépendant.

Depuis le recouvrement de l'indépendance, le 5 juillet 1962, le peuple algérien mène un autre combat, cette fois ci sur le front économique, culturel et social, pour développer le pays et lui faire rattraper le retard dû à l'occupation coloniale qui a duré 132 ans. 

Aujourd'hui, comme chaque année, en présence des moudjahidine encore en vie, des autorités locales, des élus et de la société civile, à travers l'ensemble de l'Algérie, l'heure est à la commémoration du déclenchement de la lutte de libération nationale. C'est aussi l'occasion de se rappeler nos valeureux chouhadas tombés aux champs d'honneur pour que vivre l'Algérie libre et indépendante à l'instar de toutes les nations du monde.

Le Collège d'enseignement moyen, Said Benhamed, à Lemroudj, commune Draa Kébila, a organisé une cérémonie aujourd'hui 31 octobre 2013, en conviant les moudjahidine et les générations montantes ainsi que la société civile, les autorités et les élus, en présence de l'ensemble des élèves et du corps enseignant de l'établissement, pour commémorer cet important évènement national. 

Ce fût l'occasion pour tous ceux qui n'ont pas vécu la période de lutte de libération nationale d'entendre leurs aînés, qui ont fait le maquis et combattu, témoigner de l'atrocité des combats et des sévices des forces coloniales. C'est aussi la commémoration d'un évènement qui a mis fin à une histoire dramatique qu'il ne faut jamais oublier afin que de tels dérapages ne puissent pas se reproduire. Les hommes naissent égaux et libres ; la remise en cause de ce principe mondialement admis est inadmissible.

Auteur : Rachid Sebbah



31/10/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres