DRAA KEBILA_SETIF_ALGERIA

DRAA KEBILA_SETIF_ALGERIA

Figues fraiches de Lemroudj



Figues fraiches de Lemroudj

 

A l'instar des villages de Draa Kébila, cette année 2010, à Lemroudj, les figues fraiches sont de qualité nettement meilleure que celle des années précédentes. Cela serait dû au climat favorable notamment au moment où les jeunes figues commençaient à se former.

 

En effet, durant les mois de juin, juillet et août de l'année en cours, le climat était relativement doux par rapport à la saison ; ce qui a permis aux figues de se former dans de bonnes conditions et de se maintenir jusqu'à ce qu'elles murissent et deviennent consommables.

 

Nous avons l'impression que les figues sont précoces cette année ; elles sont arrivées à maturité plus tôt que d'habitude. En ce moment, les figues mûres sont abondantes et tous les villageois s'en régalent.

 

Il faut signaler que Lemroudj, était connu pour les figues de qualité. La production était tellement très importante par rapport aux besoins de consommation locale que les meilleures figues (Thaamriwth) étaient destinées à l'exportation vers la France et l'Europe en général.

 

Par ailleurs, à Lemroudj, on trouvait plusieurs variétés de figues telles que : Thaamiwth, Averkane, Azendjar, Thahayount, Thahadjet, Lemaala, El Ghoudani, Thit n'sakourt, Thaghawawth, etc.

 

Pour rappel, l'année passée et celle d'avant, il a fait très chaud durant la même période et les figuiers ont été atteints d'une maladie appelée ici "Lkarmaz" (sorte de champignon). La majorité des figues sont tombées très jeunes et, celles qui sont arrivées à maturité, sont impropres à la consommation. Même les feuilles et les branches des figuiers étaient dénaturées par ce champignon dévastateur.

 

De nos jours, le nombre de figuiers a considérablement baissé et la production aussi tandis que la population a beaucoup augmenté à tel point que la récolte de figues ne suffit même pas à couvrir les besoins de consommation des producteurs eux-mêmes. C'est bien dommage, car avec les moyens et les techniques qui existent actuellement, nous devrions produire plus et pouvoir exporter vers l'étranger comme par le passé.

 

Enfin, il serait intéressant que les services agricoles, en coordination avec les fellahs, engagent une réflexion sur la façon de faire pour cultiver davantage de figuiers pour augmenter considérablement la production de figues et créer des emplois en conséquence. Nous sommes certains que la terre de cette contrée convient parfaitement à ce genre d'arbres fruitiers et des résultats positifs sont faciles à atteindre pour peu que toutes les parties s'y mettent.


Auteur : Rachid Sebbah



01/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres