DRAA KEBILA_SETIF_ALGERIA

DRAA KEBILA_SETIF_ALGERIA

Rentrée du 13 septembre 2009

Ce dimanche 13 Septembre 2009, tôt le matin, anciens et nouveaux élèves ont pris le chemin de l'école. Tous semblaient être animés de bonne volonté d'apprendre à lire et à écrire pour mieux préparer leur avenir.


Le directeur de l'école et les maîtres étaient sur place pour cet important évènement.

Les parents aussi devaient accompagner leurs enfants, surtout ceux qui rentrent à l'école pour la première fois. Le constat est que très peu d'entre eux ont fait le déplacement pour leur montrer le chemin et connaître les maîtres qui vont les prendre en charge.


En effet, la rentrée scolaire est un évènement très important dans la vie de tous les élèves et surtout pour les nouveaux d'entre eux.


Lorsque l'enfant est accompagné par ses parents il se sent en sécurité pour affronter ce moment qu'il s'imaginait difficile. La présence des parents est aussi un signe d'encouragement aux enfants pour qu'ils déploient suffisamment d'efforts afin d'apprendre à lire et à écrire.


Mais l'absence des parents en ce moment très important n'est-il pas un signe de désintéressement quant à la préparation de l'avenir de leurs enfants. Car, le devoir des parents lors de la rentrée scolaire ne se résume pas à l'achat des affaires et des effets vestimentaires.


L'enfant a besoin du soutient moral de ses parents non seulement à l'occasion de la rentrée mais durant tout le cursus scolaire.


Il est évident que les résultats scolaires sont l'aboutissement des efforts de l'élève mais le soutien de ses parents et la contribution efficace des maîtres et de l'administration de l'école sont indispensables pour que ces derniers soient encore meilleurs.


Si dès le premier jour de la rentrée, élèves, parents, maîtres et administration de l'école s'y mettent sérieusement, à la fin de l'année scolaire, les résultats ne peuvent qu'être bons voire même très bons. Mais, si dès le départ un d'entre eux fait défaut, l'objectif ne sera pas entièrement atteint.


Lors de cette rentrée du 13 Septembre 2009, il n'y a pas que des parents qui sont absents. Les citoyens qui ont accompagné leurs enfants ont aussi remarqué :

-           l'arrivée en retard de quelques élèves et l'absence totale d'autres,

-           l'arrivée en retard et l'absence de certains enseignants,

-           l'arrivée tardive et l'absence de certains cadres administratifs.


L'école en zone rurale ne semble pas avoir les mêmes moyens que celle de la ville donc les chances ne peuvent pas être égales. Car parfois, surtout en matière d'encadrement administratif et pédagogique, il y a instabilité, chose qui entrave le déroulement normal des cours et influe sur la qualité des résultats scolaires en général.


En effet, il est remarqué dans certains établissements scolaires :

-           l'absence de directeur titulaire de poste et le recours à des chargés de l'administration en attendant la nomination qui tarde à se faire. Certes, il y a des chargés d'administration qui ont donné de très bons résultats sans qu'ils n'obtiennent aucune récompense financière ni promotion.

-           Lorsque le directeur nommé est titulaire du poste, même si sa désignation dans un établissement situé en pleine campagne n'est pas le fait d'une sanction disciplinaire prononcée par la commission paritaire, certains la ressentent comme telle et par conséquent ne pensent qu'à changer sans se soucier du sort des élèves dont ils sont responsables.

-           L'absence d'enseignants pour certaines matières, parfois durant tout un trimestre ou même au cours de toute l'année. Dans ce cas, il est fait recours à des suppléants qui n'ont aucune formation pédagogique pour pouvoir transmettre leur savoir aux élèves. Beaucoup d'entre eux viennent de loin et la majeure partie de leur temps et de leur force est absorbée par les trajets qu'ils effectuent quotidiennement entre le lieu de résidence et l'établissement scolaire où ils exercent, etc


La question qui se pose aujourd'hui : est-ce que l'école accomplie correctement  sa mission ? Est-ce que tous les acteurs de la société y contribuent activement ? Si oui, comment expliquer alors les faibles résultats scolaires obtenus, surtout aux examens de fin de cycle ?


Autrement dit, n'est-il pas temps de mettre fin au laxisme de certains ? Les réformes des programmes ne doivent-elles pas s'accompagner de corrections des comportements et des mentalités dans ce secteur qui a la charge de l'éducation des générations montantes ? N'est-il pas temps pour les parents de prendre au sérieux la formation de leurs enfants ? Peut-on imaginer un développement économique sérieux avec des insuffisances en matière de formation de nos futurs ingénieurs, chercheurs, médecins, techniciens supérieurs, techniciens, ouvriers qualifiés, etc ?

Auteur : Rachid Sebbah




16/09/2009
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres